CARTE MERCATOR 1572, CALENDRIER 1995, FAC SIMILE

55,00 

1 en stock

UGS : 593 Catégories : ,

Description

Etat : Très bon état. Voir détails et photos.
Détail : Editions : Banque Paribas Belgique. Année de parution :  1994. Auteur :  Fonds Mercator Paribas. Etat :  Très bon état. Bas première page un peu sale et deux accrocs dont un sur le bord, hors carte. Autre pages du calendrier impeccables. Voir photo. Dimensions : 60 x 42 x 0,6 cm. Nombre de pages : 15.

FAC SIMILE EUROPAE DESCRIPTIO EMENDATA ANNO M.D.LXXII (1572)

Gérard Mercator, Carte murale, Duisbourg, 1572.
Gravure sur cuivre, 15 planches à assembler.
Echelle : environ 1:4.280.000e
Projection : dite de Stabius-Werner, où les parallèles sont curvilignes et le méridien central rectiligne.
Méridien d’origine : île de Fer (Iles Fortunées ou Canaries)
Dimensions de la surface cartographiée : 161,00 x 134,40 cm

Une carte exceptionnelle

La carte murale de l’Europe de Gérard Mercator (1512-1594) parut la première fois en 1554.  Il en publia une deuxième édition remaniée et corrigée, en 1572. C’est cette reproduction fidèle de cette édition, sous forme de calendrier, qui vous est proposée par la Banque Paribas Belgique en 1995.
De la carte de l’Europe de 1554, il ne reste aujourd’hui aucun exemplaire intact. Sa surface cartographiée ne subsiste que sous la forme d’un atlas composé à partir de plusieurs exemplaires découpés de la carte de l’Europe.  En 1994, cet unique Atlas de l’Europe a fait l’objet d’une édition en fac-similé par le Fonds Mercator Paribas.
Au XVIème siècle, la carte de l’Europe connut un tel succès – plusieurs centaines d’exemplaires furent vendus à travers toute l’Europe – que Mercator décida d’en éditer une nouvelle version revue et corrigée.  Utilisant les mêmes cuivres, il y a apporta cependant certaines corrections topographiques, notamment dans la représentation du nord et du nord-est de l’Europe.  La deuxième édition de la carte parut en 1572 sous le titre « EUROPAE DESCRIPTIO EMENDATA ANNO M.D.LXXII ».
Aujourd’hui, il ne subsiste que trois exemplaires originaux de cette deuxième édition : une à Bâle, une autre à Weimar, la troisième à Pérouse.  L’édition qui est ici présentée est une reproduction colorisée de l’exemplaire conservé à l’Universitätsbibliothek de Bâle.

Respect d’une tradition séculaire

La carte murale de l’Europe est composée de 15 gravures sur cuivre, et par conséquent imprimée en noir et blanc.  Au XVIème siècle, déjà certaines cartes murales, avant d’être vendues, subissaient un traitement spécial tel que le coloriage (« Pictae »), voire un apprêt complémentaire (vernis, collage sur toile). Les cartes enluminées étaient très populaires à l’époque, et le coloriage à l’aquarelle était une des spécialités des maisons anversoises éditrices de cartes et gravures.  C’est à des spécialistes comme Abraham Ortelius, Pieter Draeckx, Bernard van de Putte ou Jacomina (« Mijnken ») Liefrinck que Plantin confiait les cartes achetées « en blancq » chez Mercator pour qu’ils les colorient et y ajoutent éventuellement les touches de finition.
Pour cette édition sous forme de calendrier, la carte de l’Europe a été enluminée par la Photogravure De Schutter dans la tradition anversoise et selon la technique ancienne de l’enluminure à l’aquarelle.
Œuvre magistrale du cartographe Gérard Mercator, la carte de l’Europe est considérée comme un chef-d’œuvre à nul autre pareil de l’art cartographique du XVIème siècle. Les informations consignées sur cette carte, dans cette échelle, sont les plus complètes et les plus sûres qui soient pour la deuxième moitié du XVIème siècle.  Pendant plus de deux siècles, elle servira de modèle pour les autres cartographes et fixera l’extension et la représentation du continent européen.
Cette carte fait partie du patrimoine cartographique mondial.

Poids : 978